Livre I
1 2 3 4 5 6 7 8 9
  10 11 12 13 14 15 16 17 18
  19 20 21 22 23 24 25 26 27
  28 29 30 31 32 33 34 35 36
  37                
   Livre II
    38 39 40 41 42 43 44 45
  46 47 48 49 50 51 52 53 54
  55 56 57 58 59 60 61 62 63
  64 65 66 67 68 69 70 71 72
  73 74 75 76 77 78 79 80 81
   Recherche
- 2 - précédent  suivant

Dans le monde, lorsque tous les hommes ont su apprécier la beauté (morale), alors la laideur (du vice) a paru. Lorsque tous les hommes ont su apprécier le bien, alors la mal a paru. C'est pourquoi l'être et le non-être naissent l'un de l'autre.

Le difficile et le facile se produisent mutuellement.

Le long et le court se donnent mutuellement leur forme.

Le haut et le bas montrent mutuellement leur inégalité.

Les tons et la voix s'accordent mutuellement.

L'antériorité et la postériorité sont la conséquence l'une de l'autre.

De là vient que le saint homme fait son occupation du non-agir.

Il fait consister ses instructions dans le silence.

Alors tous les êtres se mettent en mouvement, et il ne leur refuse rien.

Il les produit et ne se les approprie pas.

Il les perfectionne et ne compte pas sur eux.

Ses mérites étant accomplis, il ne s'y attache pas.

Il ne s'attache pas à ses mérites ; c'est pourquoi ils ne le quittent point.